Réussite

L’un des points principaux du Décret Marcourt concerne la réussite de l’étudiant. Si celle-ci fait partie intégrante du parcours universitaire, elle ne sourit pas aux jeunes de première bachelier. Nombreux sont ceux qui ont échoué car ils adoptaient une méthode de travail qui n’était pas adaptée aux évaluations universitaires.

Dès lors, la Fédération des étudiants Libéraux propose de multiples solutions permettant de mieux former les étudiants et de réduire les échecs liés à l’utilisation d’une mauvaise méthode de travail.

Travailler la méthodologie

Les Étudiants Libéraux plaident pour l’instauration d’un système de cours de méthodologie obligatoire pour les étudiants de première bachelier. Celui-ci permettrait de détecter les carences méthodologiques dont peut souffrir tout étudiant.

Ces cours seraient dispensés par des étudiants de Master sur la base de tutorat. étant déjà passés par là, ils sont experts quant aux meilleures techniques de travail et aux spécificités des examens. Ce système permet également un faible coût sans compter que cette mise en exergue du tutorat permettrait de développer de nombreuses compétences pédagogiques.

Favoriser la réorientation

Nous constatons le manque de structure permettant la réorientation d’étudiants en situation d’échec en première. Il s’avère qu’en raison de leur réputation, certaines facultés soient surchargées en première bachelier. En situation de difficulté et désireux de se réorienter, les étudiants se retrouvent parfois en décrochage scolaire et éprouvent des difficultés de réorientation causées par un manque d’information. Nous sommes donc favorables à l’instauration d’un bureau d’aide, disponible dès le premier jour de la rentrée. Celui-ci opérerait un suivi actif après la première session de janvier.
à l’heure actuelle, lorsqu’un étudiant échoue lourdement durant le premier quadrimestre, il est impossible pour lui de se réorienter à cause de l’absence de passerelle. La Fédération des Étudiants Libéraux milite pour que les étudiants en situation d’échec puissent bénéficier, après une éventuelle réorientation, de la possibilité de suivre des cours et de présenter des examens (en crédits anticipés), permettant d’une part d’alléger le programme de l’année suivante et d’autre part de continuer dans une dynamique productive. Ce système permettrait par ailleurs d’éviter, en cas de nouvel échec, de « perdre » une année de plus.

FEL-MANIFESTE-PLANQ-NEW2015