Mobilité

En raison de l’afflux croissant du nombre d’étudiants, il devient de plus en plus difficile de loger près du lieu de son université. Voilà pourquoi les transports en commun sont le quotidien de beaucoup d’étudiants.

De nombreuses formules sont mises en place en faveur des jeunes comme par exemple la mise à disposition de tarifs très avantageux. Malgré tout, de nombreuses carences doivent être soulignées et corrigées afin de tendre à une mobilité plus adaptée aux étudiants.

Un tarif pour les étudiants de tous âges

On constate que les abonnements de transport à destination des jeunes sont basés sur des critères qui ne prennent pas assez en compte la réalité factuelle de l’étudiant. En effet, le critère de l’âge prime sur le statut d’étudiant.
L’âge maximum pour bénéficier de la formule à tarif réduit est de 24 à 25 ans ce qui ne correspond plus à la réalité des études.
à l’heure où la spécialisation est nécessaire pour décrocher un emploi, il n’est en effet pas rare pour les étudiants de rester sur les bancs de l’université après l’âge fatidique du quart de siècle. Nous sommes donc d’avis de légiférer pour imposer l’adoption d’un critère de statut d’étudiant afin de bénéficier de ces formules avantageuses, et non d’un critère sociologique dépassé.

Instaurer un service minimum en période d’examens

La confiance de l’étudiant envers les transports en commun qu’il utilise est primordiale. Malheureusement, celle-ci est régulièrement mise à mal lors des grèves des services publics. La Fédération des étudiants Libéraux estime dès lors qu’il est indispensable qu’un service minimum soit imposé, au moins durant les périodes d’examens.

Encourager et favoriser les séjours d’étude à l’étranger

Puisque la mobilité étudiante ne se limite pas à l’intra-muros de notre plat pays et à l’heure de la mondialisation, appréhender une nouvelle culture ne devient plus simplement une expérience mais un atout professionnel.
Et si la mobilité internationale n’a cessé de se développer et de s’améliorer ces dernières années, des lacunes persistent.
En matière d’administratif, la lourdeur des démarches reste un obstacle pour les étudiants les plus désorganisés ou qui ne bénéficient pas d’une information suffisante. La Fédération des étudiants Libéraux est donc d’avis qu’une procédure harmonisée et simplifiée doit être mise en place à l’échelle nationale afin de permettre une organisation plus aisée pour chaque étudiant.
Afin de permettre l’accès à la mobilité internationale à un maximum d’étudiants, il nous paraît essentiel que des bourses cohérentes soient accordées de droit aux étudiants et que celles-ci soient adaptées aux besoins de ces derniers.
En ce domaine et bien que la condition des étudiants Erasmus-In (intérieur de l’Europe) est satisfaisante, ce n’est pas le cas des étudiants Erasmus-Out (extérieur de l’Europe) qui bénéficient d’une bourse bien plus maigre. Un accord inter-université serait nécessaire pour envisager la création d’une nouvelle enveloppe.

Les langues, un atout pour les carrières professionnelles

Dans l’optique de faciliter l’adaptation de l’étudiant dans un environnement international, il nous semble important de continuer à étendre l’offre des programmes enseignés en langues étrangères dans l’enseignement francophone. Améliorer la qualité de l’enseignement supérieur est une nécessité. Celui-ci doit gagner en reconnaissance à l’étranger afin de développer de nouveaux partenariats avec les universités d’autres Nations.